Filmmusik

A peine j’ouvre les yeux

Cover A peine j'ouvre les yeux

Tunis, kurz vor dem arabischen Frühling: Die 18-jährige Farah kämpft unter dem Regime von Ben Ali dafür, als Sängerin in einer Rock-Band aufzutreten. Sie singt gegen die erstickende gesellschaftliche und politische Situation an - und wird dafür eingesperrt. Hören Sie den gleichnamigen Song zum Film «A peine j'ouvre les yeux», komponiert vom irakischen Musiker Khyam Allami.

 

Quand je vois ce monde
de portes fermées,
je m’enivre et ferme les yeux.
Alors à chaque fois,
une fille m’apparaît.
Parfois, elle semble être la même,
finalement, c’en est une autre.

 

Dans mon esprit,
son image est mouvante :
Un œil fleuri et un autre fané,
bleus ciel,
qui virent au vert à la lumière,
noirs, noisettes, colériques,
rayonnants, souriants…

 

A peine j’ouvre les yeux
je vois les gens privés
de travail, de bouffe,
et d’une vie hors de leur quartier.
Méprisés, dépités, dans la merde jusqu’au cou, ils respirent par leurs semelles.

 

A peine j’ouvre les yeux,
je vois des gens qui s’exilent,
traversant l’immensité de la mer,
en pèlerinage vers la mort.
De la galère du pays,
les têtes perdent l’esprit,
cherchant une galère nouvelle,
que celles déjà vues.

A peine j’ouvre les yeux,
je vois des gens éteints,
coincés dans la sueur, leurs larmes sont salées, leur sang est volé
et leurs rêves délavés. sur leur dos,
on construit des châteaux.

 

Musik: Khyam Allami

Sängerin: Baya Medhaffar (Farah)

Text: Ghassen Amami

Übersetzung: Leyla Bouzid

Der Film der Regisseurin Leila Bouzid ist im Online-Kino von trigon-film zu sehen: «A peine j’ouvre les yeux»

⬆ nach oben